top of page
  • infocentregrandir

Deux expressions qui excluent les pères


Nombre des mots et expressions que nous utilisons portent des sous-entendus qui excluent les pères de la parentalité. Il est essentiel de les repérer, d'en prendre conscience et surtout de les changer afin que les pères se sentent complètement invités et bienvenus dans leur rôle de parent.


Voici deux expressions très courantes et auxquelles les familles ont toujours à faire qui portent un tel sous-entendu excluant.


Les assistantes maternelles ! Pourquoi sont-elles appelées ainsi ? Certes, il y a désormais une amélioration avec la nouvelle orthographe : assistant.es maternel.les. Cela résout le sous-entendu que les assistantes maternelles ne peuvent être que des femmes, refusant aux hommes toute aptitude ou intérêt à s’occuper des enfants. Mais cela ne résout en rien le deuxième sous-entendu : celui que l’assistant.e maternel.le est là pour assister la mère ! Pourtant la réalité est que l’assistant.e en question assiste la mère et le père. Il faut donc dire “assistant.e parental.e” (expression qui est malheureusement monopolisé dans le langage official par les nounous au domicile des parent, mais qui ne s'étend pas à tous.tes les nounous).


Et comment s’appelle l’école où vont les enfants de 3 à 6 ans ? La maternelle ! Vraiment ?! C’est donc un espace qui reproduit ou continue l’attention portée par la mère ? Et le père dans tout ça ? Il est grand temps de changer le nom de ces écoles. Je terme de “jardin d’enfant”, utilisé dans d’autres langues (par exemple l’anglais ou l’allemand), comme par certaines structures en France (par exemple les écoles Steiner-Waldorf) est une alternative possible convenable, puisqu’il s’agit d’une expression neutre qui met l’accent sur l’enfant et non un seul des deux parents.

(Notons que le terme "jardin d'enfants" existait en France pour désigner des structures accueillant les enfants jusqu'à 6 ans, lorsque l'école n'était alors pas encore obligatoire à 3 ans. Maintenant que l'école est obligatoire dès 3 ans, les jardins d'enfants ont été contraints de fermer ou de se transformer en école maternelle. Le terme n'étant plus pris, c'est donc le moment pour étendre ce mot à toutes les écoles d'enfants de 3 à 6 ans).


Extrait du livre "Les Papas Aussi", Baptiste Delvallé



14 vues0 commentaire

Comments


bottom of page