top of page
  • infocentregrandir

L'équilibre efficacité contre effets à long terme



En tant que parent ou que professionnel qui encadre un enfant, on est souvent tenté d’utiliser des méthodes efficaces. C’est-à-dire que lorsque nous cherchons une solution au problème auquel nous sommes confrontés (que ce soit un enfant qui ne veut pas partir à l’école, qui tape son petit frère ou qui ne veut pas manger son repas), nous nous concentrons souvent sur l’efficacité de notre solution : va-t-elle débloquer la situation ? Et plus précisément, cela veut généralement dire “va-t-elle faire en sorte que l’enfant fasse ce que nous voulons qu’il fasse ?”


Cela vaut autant pour les solutions que nous trouvons nous-mêmes, “sur le tas” ou après une plus mûre réflexion, que pour les solutions que nous recherchons désespérément sur internet, dans les livres et auprès d’autrui. Mettons de côté le fait que notre motivation est souvent la coopération pour arriver à nos fins et non à celles de l’enfant, et parlons de la solution sous deux angles différents : celui de l’efficacité, et celui des effets à long terme.


L’efficacité est souvent ce que nous recherchons. C’est normal, pris dans l’action, mis au pied du mur ––le mur étant que l’enfant ne veut pas forcément faire ce que nous avons prévu–– nous nous sentons un instant menacés dans notre statut de personne en charge de la vie familiale, menacés dans notre plan pour la journée, ou menacés dans notre capacité à accompagner notre enfant. Aussitôt, nous cherchons donc à arriver à notre fin quand même pour éloigner ces menaces et pour que tout rentre dans l’ordre. “Ouf, il a fini par manger ses légumes !”


Quant aux effets à long terme, c’est souvent ce qui est oublié dans l’immédiateté d’un conflit ou d’une difficulté, ou alors consciemment mis de côté lorsqu’on organise nos priorités (“en premier, il faut qu’on parte à l’école à l’heure, après on verra bien pour ce truc d’effets à long terme). Pourtant, il est crucial de considérer les effets à long terme. D’une part ils rendront plus ou moins difficiles les tâches du parent ou adulte encadrant plus tard (les leçons que vous avez apprises à votre enfant, les messages que vous lui avez envoyé en appliquant telle ou telle méthode seront utilisés par lui-même pour se rebeller contre vous, pour coopérer, vous avoir une telle attitude ou une telle morale). D’autre part, les effets à long terme constitue le cadeau le plus précieux que vous offrez à vos enfants dans l’accompagnement dont vous les faites bénéficier : grâce à telle technique, vous les avez rendu autonomes, à cause de telle autre technique, vous leur avez donné l’impression que la vie est injuste, grâce à telle habitude que vous aviez avec eux, vos enfants ont appris à communiquer paisiblement en cas de désaccord, à cause de telle autre habitude, ils ont renfermé en eux un sentiment de colère et qu’il faut écraser les autres discrètement pour avoir sa place, et ainsi de suite.


Il convient donc, régulièrement, de réfléchir à nos différentes techniques et habitudes parentales pour les analyser à travers le prisme des effets à long terme. En effet, nombre de techniques sont très efficaces mais très néfastes dans la durée. À vrai dire, la façon d’être parent qui a été la plus commune à travers l’histoire est très efficace : crier, dominer, frapper, enfermer, contraindre… Les adultes sont plus forts que les enfants, une éducation dominatrice et violente est donc très efficace pour obtenir des enfants ce qu’on veut… et elle est aussi très néfaste, perpétuant la violence, enseignant la domination et la fourberie, la soumission et la dépendance, instillant peur, manque de confiance en soi et d’amour propre, et j’en passe. La vigilance est donc de mise lorsqu’une technique est efficace : il la voir dans son ensemble.


À l’inverse, on peut penser à des techniques parentales qui ont l’intention d’avoir des effets à long terme positifs mais qui ne sont pas efficaces et donc pas forcément positives sur le long terme non plus. On peut par exemple laisser son jeune enfant gérer sa consommation de sucreries, se disant qu’à long terme il aura donc acquis de l’autonomie dans ses choix de santé, de l’indépendance par rapport aux avis des autres, la gestion de son alimentation… mais en oubliant que le sucre est une drogue très addictive et que les enfants ne sont pas en capacité de se restreindre autant (et les adultes eux-mêmes à peine), notre méthode se retrouve inefficace (l’enfant consomme trop de sucre, ce qui n’était pas le but) et en plus contre-productrice dans le long-terme : l’enfant devient librement addict au sucre. Au plus la méthode est efficace à éviter des conflits entre parents et enfants, mais pas à atteindre les buts escomptés.


Il faut donc établir un équilibre entre l’efficacité et les effets à long terme. Analysez vos techniques parentales en commençant par celles qui sont efficaces. Faites-en de même pour toutes les techniques qui vous sont présentées comme des techniques “qui marchent”. À chaque fois, posez vous la question : quel est le message que j’envoie à mon enfant en utilisant cette technique ? Vous pouvez aussi vous demander quelle valeur humaine, morale, personnelle vous enseignez à votre enfant avec cette technique. Si vos réponses vous conviennent, la technique est donc équilibrée : à la fois efficace et positive sur le long terme. Si par contre vos réponses révèlent des enseignements contraires à vos valeurs, il est temps de modifier la technique ou d’en changer complètement.


Dans l’autre cas, si vous agissez d’une façon qui vous semble avoir des buts positifs sur le long terme, mais que ça ne marche pas bien (vous n’allez pas effectivement vers ces buts, ou vous y allez mais de façon disharmonieuse, en créant des tensions au sein de la famille ou des dégâts à court terme), c’est que votre technique est inefficace. Il faut alors vous questionner sur ce que vous pouvez changer dans la technique pour la rendre efficace maintenant, tout en conservant les enseignements que vous souhaitez.


Pour conclure, rappelons qu’aucun parent ou encadrant n’est parfait. Nous utilisons tous de temps en temps des techniques inefficaces et de temps en temps des techniques efficaces mais néfastes. Toutefois, nous pouvons aussi tous utiliser des techniques efficaces et positives sur le long terme. Il faut donc continuer à aller de l’avant en acceptant ses erreurs du passé et en s’attelant à trouver le meilleur équilibre possible et le plus souvent possible.


Si l’inefficacité excusée par des buts louables (l’enfer est pavé de bonnes intentions !) est plus facile à identifier, elle peut être dure à changer car elle semble être là pour une si bonne raison. C’est toutefois pour le bien de votre enfant qu’il faut rééquilibrer la balance avec plus d’efficacité. Quant à l’efficacité aux effets négatifs sur le long terme, elle est dangereuse parce qu’il est facile de s’en accommoder (tout roule, alors pourquoi changer ?). Pourtant, pour le bien-grandir et le bien-vivre de votre enfant, comme pour l’harmonie de votre famille dans le futur, il est essentiel d’équilibrer la balance en prenant en compte les effets à long terme.



Baptiste Delvallé


Pour aller plus loin dans votre recherche de cet équilibre parental, découvrez nos formations

12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page